Project

Mission

Nous, La Fondation l’Ecole Verte d’Haïti (Haïti) et l’Association Green School Haiti (Pays-Bas), voulons fournir une éducation de base à environ 200 enfants de 4 à 17 ans et aux adultes. Nous voulons que ce lieu soit également un projet pilote qui favorisera la conscientisation et la formation sur le développement durable. Ce lieu privilégie un système d’éducation et de formation qui place au centre de sa mission l’égalité citoyenne, l’égalité entre les femmes et les hommes, le respect des droits humains, notamment ceux des handicapé(e)s, et le respect de la dignité humaine. Les intervenant(e)s seront formé(e)s à cette approche selon les normes du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle.

Vision

Pour ce faire nous construirons un bâtiment entièrement autonome dans le respect des principes des « maisons de terre » et de la permaculture. Nous utiliserons une technique de construction facile à reproduire, avec des matériaux locaux et/ou recyclés. L’aménagement d’un jardin écologique fournira des légumes et des fruits à l’école, en plus de servir à démontrer les méthodes d’agriculture durable. Les cours seront accessibles à tous sans discrimination. Aspect éducation

  • Offrir des cours d’alphabétisation, des cours au niveaux primaire et secondaire et sur la nouvelle technologie de l’information et de la communication.
  • Offrir à la communauté locale, et aux visiteurs nationaux et internationaux, des connaissances scientifiques, des formations techniques et des conseils stratégiques pour gérer l’eau, l’électricité et l’agriculture tout en respectant l’environnement.

Aspect social

  • Réaliser avec et pour la Communauté de Grand-Goâve et le village de Petit Paradis un centre de rencontre avec comme objectif la construction écologique ouverte à toutes les bourses.

Aspect planète/écologie

  • Le projet utilisera des matières premières et recyclées que l’on trouvera sur place, tels: terre, bambou, pneus, bouteilles de vitre et de plastiques etc.
  • L’école sera autosuffisante en énergies (solaire/éolien) et en eau potable.
  • L’école aura différents jardins sur le principe de la permaculture.
  • L’école gèrera la majorité de ses déchets en recyclant l’eau grise (voir plus bas) et en compostant tout ce qui peut l’être.

Aspect non-lucratif/lucratif

  • Le projet offrira un repas chaud par jour aux enfants.
  • Le projet à un but éducatif sur le mode de vie de la durabilité en général et est CO2-neutre.
  • Le projet permettra de créer du travail via des projets d’éducation et de récréation.

Le Projet

Le projet de construction de l’École Verte d’Haïti à Grand-Goâve et à Petit Paradis respecte les normes du domaine scolaire du Ministère de l’Éducation nationale et de la Formation Professionnelle d’Haïti. Il comprend deux noyaux principaux avec annexes, situés sur deux terrains différents. La section primaire se trouvera sur le terrain de 2500 m2 à Grand-Goâve et les sections secondaire et de formation professionnelle se trouveront sur un terrain de 1,5 hectare à Petit Paradis. Financement

  • Une demande de projet, pour le service de la cantine, sera faite auprès du Bureau de Nutrition et Développement en Haïti. Ainsi, les étudiants et le personnel pourront bénéficier d’un repas chaud par jour.
  • Le financement se fera, également, par les dons, les activités et les subventions venant de l’Association Green School Haiti des Pays-Bas en collaboration avec nos partenaires internationaux et tout spécialement canadiens.

Noyau section primaire à Grand-Goâve Nous voulons construire une « école de terre » comprenant 9 classes, une galerie, un bureau pour la direction et le censeur, un secrétariat, une salle d’attente, une toilette, une salle des professeurs et une salle pour les archives. En annexe, un centre préscolaire, une bibliothèque, un réfectoire, une cuisine, un bloc sanitaire pour les élèves, une résidence pour le gardien et un dépôt. L’école aura son terrain de basket-ball et de volley-ball et une cour de récréation. Le jardin (permaculture) sera également construit en annexe. Noyau section secondaire et formation professionnelle à Petit Paradis « École de terre » comprenant 10 salles de classes, un laboratoire informatique, un laboratoire de sciences physiques, une bibliothèque et une galerie. Le secteur administration est composé d’un bureau du directeur et du censeur, d’un secrétariat, d’une salle d’attente, de toilettes, d’une salle des professeurs et d’archives. En annexe nous trouvons une cafétéria, un bloc sanitaire des élèves, une résidence du gardien, une infirmerie, un dépôt et un préau pour les besoins de récréation de football, de basket-ball et de volley-ball. Le jardin (permaculture) sera également construit en annexe. De plus le projet offrira un centre d’information au service des visiteurs intéressés aux modèles de construction de terre et/ou semblables. Ce centre d’information sera construit de la même façon que l’école. Le centre d’information pourra, en certains cas, être lucratif. L’école de terre Ce concept de construction est en partie nouveau en Haïti mais étudié et expérimenté dans d’autres pays aux conditions naturelles identiques ou similaires. Nous pouvons trouver les réponses à toutes les questions au niveau technique de construction et de sécurité appuyé sur des recherches de plusieurs années d’expérience en construction et en habitation. Pour plus d’informations sur le concept de construction et les techniques utilisées pour les habitations en terre, consultez le site internet de l’architecte Michael Reynolds, http://earthship.com/buildings/global. Résumé du fonctionnement du bâtiment :

  1. Consommation très réduite en énergieDes panneaux solaires serviront à alimenter l’école et ses annexes en électricité. Et possiblement de petites éoliennesDans la cuisine, pour la cuisson des aliments, nous utiliserons les réchauds à Pyrolyse, fabriqués en Haïti.
  2. Approvisionnement propre en eau et sa purification
  3. Indépendance du système d’égout
  4. Coûts de construction très bas
  5. Prestation excellente d’énergie
  6. Adaptation au paysage.

1- Consommation très réduite en énergie 2- Approvisionnement propre en eau et sa purification Les habitations de terre sont construites en fonction du respect de l’environnement. En plus de ne pas produire du CO2 elles sont entièrement autonomes sur leur approvisionnement et purification d’eau de pluie. Celle-ci est saisie via un toit, ensuite passe dans un système de filtrage pour être purifié pour sa consommation. Finalement elle est collectée dans un réservoir. Par la suite une pompe et un autre filtre interne en combinaison avec un jardin, font en sorte que l’eau sale est filtrée pour sa réutilisation dans un circuit nommé eau grise. Seule l’eau potable est filtrée a l’aide d’un filtre hélophyte. Les dernières recherches démontrent que la qualité de cette eau est équivalente et même supérieure à celle de l’eau dite courante. 3- Indépendance du système d’égout Des latrines à compost seront mises en place pour éliminer la nécessité d’un raccord à un système d’égout. La fertilité du sol en sera grandement améliorée, sans l’apport de fertilisant chimique provenant de l’extérieur. 4- Coûts de construction Les coûts des habitations de terre sont considérablement plus bas que ceux des habitations conventionnelles. Ces constructions basées sur le développement durable sont accessibles pour toutes les bourses. Les coûts sont bas pour trois raisons :

  • Réutilisation des matériaux :Les murs sont construits de vieux pneus remplis de terre entassée et compactée. Les murs d’appoints sont remplis de bouteilles de plastique et/ ou de vitre vides, de boîtes en fer-blanc ou autres matériaux non-biologiques réutilisables. D’autres matériaux de construction peuvent être trouvés dans les entreprises de démolition.
  • Mise en application des matériaux locaux disponibles:Les autres matériaux de construction proviendront, le plus possible, de la localité, par exemple, la terre pour la construction et la finition des murs.
  • Implication des volontaires:Les expériences antérieures de construction des habitations de terre ont démontré qu’elles suscitent un grand intérêt qui amène une foule de volontaires locaux, nationaux et internationaux. Cela minimise les coûts de main-d’œuvre. Ces gens sont intéressés à apprendre le processus de construction afin de construire eux-mêmes leur propre habitation. Certains pays demandent même une contribution financière pour la participation à ces « stages de construction ».

5- Prestation excellente d’energie Avec l’aide, entre autre, du Ministère néerlandais de l’habitation, de l’aménagement du territoire et de l’environnement (VROM), l’Institut néerlandais pour la Construction Biologique et Écologique (NIBE) a utilisé le programme GreenCalc pour évaluer les habitations de terre. Ce programme mesure l’impact des bâtiments sur l’environnement. La conclusion est qu’une maison de terre respecte neuf fois plus l’environnement. C’est le score le plus élevé qui à ce jour ait été accordé à une technique de construction. 6- Adapté à son paysage Les habitations de terre se marient parfaitement au paysage grâce aux matériaux naturels et locaux et aux courbes organiques de l’ensemble.